Pourquoi Trump prend plaisir à humilier les musulmans ?

Trump et Twitter

L’éditorial d’Al-Quds Al-Arabi revient sur le retweet par le Président américain de vidéos islamophobes publiées par une militante britannique d’extrême droite

Al-Quds Al-Arabi, 30 novembre 2017

Quelques jours avant le fameux referendum sur la sortie de l’Union Européenne ( le 23 juin 2016), Thomas Mair, un néonazi britannique, a assassiné la député Jo Cox en criant « Britain First ». Cette parlementaire était connue pour ses positions en faveur des réfugiés palestiniens et syriens. Son assassinant était principalement destiné à créer un fossé en les Britanniques, les musulmans et les réfugiés en général.

« Britain first » est un mouvement modeste, dont les slogans sont fascistes et racistes. La majeure partie de ses actions et de sa communication visent les musulmans. La vice-présidente du mouvement, Jayda Fransen, a été condamnée pour avoir agressé une femme musulmane dans la ville de Luton. Elle a été arrêtée en octobre dernier pour ne pas avoir respecté sa liberté conditionnelle en participant à une émission radio de néonazis. Elle a aussi publié des vidéos montrant des musulmans accomplissant des actes atroces.

Des vidéos effrayantes non authentifiées

La première vidéo montrait un jeune frappant un enfant. La deuxième, une homme barbu détruisant une statut de la Vierge Marie en criant « Allahu Akbar ». La troisième, des membres de « l’Etat islamique » jetant un enfant du haut d’une falaise puis le rouant de coups à mort.

Les utilisateurs des réseaux sociaux s’échangent des centaines de milliers de vidéos violentes, horribles et portant atteinte à toutes les religions, orientations politiques et ethnies. Elles appartiennent aux guerres politiques, des idéologies et des religions, quelles qu’elles soient. Mais il semble que cet immense marché ne soit pas réservé aux fous, déséquilibrés et semeurs de haine et que ses immondices ne se limitent pas aux crimes de « l’Etat islamique », au génocide des Rohingyas en Birmanie, aux guerres barbares d’Israël contre les Palestiniens, aux politiques de « la force brutale » en Egypte, aux bombes artisanales en Syrie, mais englobent aussi les politiques gouvernant le « monde démocratique ».

Il n’est donc pas surprenant que le Président américain Donald Trump retweete des vidéos à ses followers (45 millions), alors qu’elles visent clairement à mobiliser le monde contre les musulmans. Ce sont des vidéos effrayantes non authentifiées destinées à porter atteinte à plus de 1 200 000 000 musulmans dans le monde. Apres ce retweet, Trump a bu son café, pris son déjeuner et publié un autre tweet sur la bonne santé du marché des actions en commentant : « Il semble que quelqu’un m’aime ! ».

Pour être « justes », il faut dire que Trump est en accord avec lui-même. Il a vendu ses idées au public en faisant porter la responsabilité des malheurs que traversent l’Amérique et le monde aux immigrés : les étrangers venant du Moyen-Orient et d’Amérique latine avec la criminalité, la drogue et le terrorisme dans leurs bagages. Il faut donc interdire aux musulmans d’entrer aux Etats-Unis (« jusqu’à ce qu’on sache ce qu’il se passe », d’après lui) et construire une muraille le long de la frontière mexicaine (en la faisant payer par le Mexique !).

Les idées simplificatrices de Trump ne sont pas différentes de celles des extrémistes

Les idées simplificatrices de Trump sur le monde, écrites en noir et blanc et à gros traits, ne sont en réalité pas différentes de celles des extrémistes et racistes de tous bords, qui vivent d’un discours similaire même si l’on considère qu’ils sont d’un autre camp.

En fait, ce discours ne fait que relayer celui de ses adversaires supposés. Les étrangers terroristes, dealers et criminels dans son discours sont les « infidèles » dans le discours de « l’Etat islamique » (on comprend ici l’analogie entre l’assassinat de la député sous les cris « Britain First » et les « Allahu Akbar » accompagnant les actes criminels).

Une forme grave de terrorisme

Pas de place dans ce discours aux deux visages pour les injustices vécues par les hommes, ni pour l’amélioration de leurs conditions de vie, ni pour la défense de leur humanité et de leurs droits ; on se contente de porter atteinte à l’image virtuelle de l’autre.

Pas de place dans l’esprit de Trump pour la civilisation et les peuples musulmans aux quatre coins du globe, ni pour leurs différentes cultures, identités et histoires, ni pour ce qu’ils ont apporté à la civilisation occidentale. Il n’a pour eux que des vidéos effrayantes qui en font des criminels et encouragent à les persécuter.

Cela aussi est une forme grave de terrorisme.

Lien vers l’article original

 

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*