Sarkozy en garde à vue, le fils de Kadhafi candidat à la présidentielle : une « justice divine » ?

Sarkozy et Saif Al Islam Kadhafi

Sarkozy est mis en garde à vue le jour où Sayf Al-Islam Kadhafi se présente aux prochaines élections présidentielles libyennes : faut-il y voir une « justice divine » ?

Rai Al Youm – 20 mars 2018 

Les paradoxes sont nombreux ces jours-ci en Libye et le plus étrange d’entre tous est l’annonce par Sayf Al-Islam Kadhafi de sa candidature pour les élections présidentielles, qui se tiendront à la fin de cette année, le jour même où la police française arrête Nicolas Sarkozy, l’ancien Président français qui a joué un rôle majeur dans le renversement du père de Sayf Al-Islam et son assassinat suite à l’intervention militaire de l’OTAN en 2011.

La justice française a arrêté Nicolas Sarkozy pour l’interroger sur cinq millions d’euros reçus en liquide du général Moammar Kadhafi, afin de financer sa campagne électorale victorieuse de 2007. Cette somme a été versée en échange d’une invitation en France, au cours de laquelle Kadhafi a dressé sa tente devant le Palais de l’Elysée et été accueilli comme personne avant lui.

Les mains de Sarkozy sont couvertes de sang

L’homme d’affaire franco-libanais Ziad Takieddine a affirmé dans un long entretien avec Mediapart qu’il avait transporté trois valises pleines d’euros envoyées par le général Kadhafi à Sarkozy et au directeur de sa campagne électorale, preuves à l’appui. Un autre homme d’affaires franco-libanais, Alexandre Djouhri, a été également mis en garde à vue en Grande-Bretagne car il est soupçonné d’avoir transporté de l’argent de Kadhafi à un des assistants de Sarkozy.

Que Sayf Al-Islam Kadhafi soit libre après avoir été innocenté et se présente à la présidentielle libyenne alors que le premier artisan du complot pour attaquer la Libye et renverser Kadhafi croupit derrière les barreaux est un paradoxe que certains appelleront « justice divine », en disant que le Créateur « accorde des délais mais n’oublie pas ». Les mains de Sarkozy et de ses alliés libyens et britanniques sont couvertes du sang de plus de 35 000 Libyens tombés en martyr dans les bombardements des avions de l’OTAN.

Le dinar africain

Silvio Berlusconi, l’ancien Premier ministre italien, a reconnu lui-même que Sarkozy avait « fabriqué » la révolution libyenne afin de se venger du général Kadhafi, qui avait combattu ardemment l’influence française en Afrique et était à l’initiative de l’Union africaine ainsi que d’une monnaie unique africaine (le dinar africain), destinée à prendre la place du dollar et de l’euro, et pour laquelle il avait réuni assez d’or et de métaux précieux.

L’ex-Président américain, Barrack Obama, a exprimé son grand regret d’avoir donné son accord à l’intervention militaire de l’OTAN en Libye. Il a déclaré qu’il s’agissait d’une des plus grandes erreurs de sa présidence, après avoir pris connaissance du « montage » et des campagnes de désinformation. Il a accusé Sarkozy et son partenaire David Cameron, ancien Premier ministre britannique, d’en être à l’origine.

Quels sont les chances de victoire de Sayf Al-Islam Kadhafi ?

Nous pensons que Sarkozy sera condamné par la justice française car il existe des preuves et des témoins mais nous ne pouvons pas dire si Sayf Al-Islam remportera la prochaine course présidentielle, car la situation en Libye est très floue et nous ne savons même pas si ces élections se tiendront vraiment.

Aymen Bawaris, responsable du programme politique de Sayf Al-Islam Kadhafi, a déclaré dans une conférence de presse à Tunis lundi dernier que ce programme se concentrera sur « le rétablissement de l’identité arabe, africaine et musulmane de la Libye, la protection des libertés individuelles et publiques, et la lutte contre le terrorisme ». Il a aussi ajouté : « la crise libyenne ne se réglera pas sans la vision de Sayf Al-Islam, autour duquel se rassemble la majorité du peuple libyen ».

Pourquoi nous misons sur la prise de conscience du peuple libyen et sur le fait qu’il a cette fois-ci tiré les leçons du complot ?

Les Libyens, ou la majorité d’entre eux, regrettent l’époque du général Moammar Kadhafi car ils ont souffert de l’anarchie sanglante qui domine leur pays depuis sept ans. Cela constitue le meilleur atout de son fils et héritier légitime, Sayf Al-Islam. Il suffit de rappeler que la majeure partie des 360 milliards de dollars déposés par l’ancien gouvernement au nom du peuple libyen dans de nombreuses banques occidentales ont été pillés par les nouveaux dirigeants révolutionnaires de la Libye. Le dernier vol en date concerne 15 milliards de dollars sur 20 milliards déposés dans des banques belges, information révélée il y a deux semaines et documentée.

La lutte contre la corruption, la restitution des fonds publics, le retour de la sécurité, l’union de la majorité des tribus libyennes derrière un gouvernement central fort, l’élimination des groupes terroristes armés, la dissolution des milices et leur désarmement seront sans doute les principaux sujets abordés par Sayf Al-Islam Kadhafi et ses concurrents durant la prochaine campagne électorale.

Sayf Al-Islam Kadhafi va s’appuyer sur l’héritage de son père, qui a établi un Etat central fort permettant l’unité territoriale et tribale libyenne. Il n’est donc pas impossible qu’il l’emporte, alors que les Libyens vivent dans la nostalgie du passé. Ils ont perdu espoir dans leur présent bien sanglant, qui a poussé la moitié d’entre eux à l’exil dans les pays voisins, en Egypte et en Tunisie, et les oblige à vivre dans des conditions difficiles dans leur pays ou à l’étranger.

Les urnes trancheront au bout du compte et la majorité peuple libyen ne se laissera pas avoir cette fois-ci. Il a souffert pendant ces sept dernières années de la désinformation, des mensonges médiatiques, des interventions arabes et étrangères dans ses affaires nationales et privées les plus sensibles. A Rai Al Youm, nous sommes pour la tenue de ces élections démocratiques et nous respecterons le vainqueur, quel qu’il soit.

Lien vers l’article original

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*