Reconstruction de l’Irak ou alimentation de la corruption ?

Conférence au Koweit pour la reconstruction de l'Irak

La conférence pour la reconstruction de l’Irak qui se tient au Koweït peut-elle vraiment agir contre une corruption institutionnalisée ? Ne va-t-elle pas plutôt la nourrir ?

Al-Quds Al-Arabi – Mardi 13 février 2018

Le Koweït accueille pendant trois jours une conférence internationale pour la reconstruction de l’Irak à laquelle participent des délégations de plus de 50 Etats, de centaines de sociétés privées et des hommes d’affaires, sans oublier les Nations Unies, l’Union Européenne, la Banque mondiale, le Fonds Monétaire International et des ONG. Le gouvernement irakien a annoncé un vaste programme d’investissement dans différents domaines de la reconstruction, avec près de 40 projets stratégiques. Il s’agit donc d’une conférence très ambitieuse mais qui se heurte à une série de contradictions qui menacent d’en faire un énième rassemblement international en Irak, où l’on fait de grandes déclarations et des promesses sans lendemain.

la corruption s’enracine de plus en plus

La première de ces contradictions est incarnée par un mur épais et solide qui se dresse sur le chemin de la reconstruction : la corruption. Elle concernait autrefois une poignée de personnes aux différents niveaux de l’Etat mais elle est devenue une vaste institution influente directement liée au système des quotas d’appartenance ethnique ou religieuse adopté officiellement en Irak après l’attaque américaine de 2003. Le pays pointe à la 166ème place sur 176 au classement des Etats les plus corrompus dans le monde, d’après le dernier classement de Transparency International. Malgré la création de services ad hoc comme le Comité pour l’intégrité, le Bureau du commissaire général ou le Bureau de la surveillance financière, la corruption s’enracine de plus en plus et les estimations officielles parlent de 24 milliards de dollars volés aux finances publiques par divers moyens.

L’Irak occupe le deuxième rang à l’OPEP

La deuxième contradiction est que l’Irak occupe le deuxième rang à l’OPEP avec une production de 4,4 milliards de barils par jour. Il devrait donc être un pays riche n’ayant pas besoin de faire appel aux ONG, qui lui offrent 300 millions de dollars pour aider les millions de déplacés. L’appauvrissement de l’Irak s’explique par les nombreux vols touchant l’exportation de pétrole et dont les chiffres sont désormais connus de tout le monde : ils atteignent des centaines de milliards, dans un pays où le budget s’appuie à 95% sur les recettes pétrolières. Si l’entreprise australienne Fairfax Media estime que la corruption a absorbé 800 milliards de dollars de dons internationaux à l’Irak entre 2003 et 2015, il n’y a rien d’étonnant à ce que le Premier ministre irakien Hayder Al Abadi demande aujourd’hui 100 milliards de plus !

Une des raisons de l’arrivée du terrorisme

La troisième contradiction tient dans le fait que l’internationalisation du problème de la corruption en Irak n’est pas une bonne solution, comme l’a montré l’accord de coopération signé par le gouvernement d’Al Abadi avec le Programme des Nations Unies pour le Développement, prévoyant la participation d’enquêteurs onusiens. Cette solution aurait pu amener un minimum de transparence si la corruption n’était pas institutionnalisée et enracinée dans les partis politiques au gouvernement, au Parlement, dans la justice et les ministères. Il n’y a rien d’étonnant à ce qu’Al Abadi déclare que « la corruption est une des raisons de l’arrivée du terrorisme et lutter contre elle est fondamental et vital ».

La lourde défaite infligée à l’armée irakienne à Mossoul par quelques centaines de combattants de « l’Etat islamique » malgré les milliards dépensés pour son armement est une des preuves criantes de la corruption aux plus hauts rangs de l’armée et des services de sécurité irakiens. Il est probable que la conférence du Koweït ne fasse pas beaucoup avancer les choses, si elle ne les fait pas reculer en alimentant encore davantage la corruption !

Lien vers l’article original

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*