Les ondes de choc des événements iraniens

Abdulaziz Asuwayed

Les manifestations en Iran sont l’occasion pour plusieurs pays arabes de retrouver leur souveraineté, d’après l’écrivain saoudien Abdulaziz Asuwayed

Al-Hayat, mercredi 3 janvier 2017

Pour sa première apparition après plusieurs jours de protestations et de colère en Iran, Khamenei a accusé les manifestants d’être des agents de l’étranger. Il était prévisible qu’il tente de calmer la colère de la rue mais « l’illusion révolutionnaire » lui a fait choisir la fuite en avant. Ce discours devrait mettre de l’huile sur le feu dans les rues et laisser libre cours à la répression des forces du régime contre les manifestants.

Les ondes de choc de la révolte en Iran doivent être exploitées au niveau arabe

Les manifestations croissantes ont un écho et un impact important à l’étranger, notamment en Syrie, à Saada (au Yémen) et dans la banlieue de Beyrouth. Ces tentacules du régime de Khamenei dans les pays arabes sont dans l’expectative et dans l’angoisse, tout en gardant le silence. Chaque nouvelle journée de révolte des peuples iraniens augmente la pression sur les dirigeants de ces forces, habituées à faire la une de la propagande de l’Iran et à exécuter ses plans dans le monde arabe. Les ondes de choc de la révolte en Iran doivent être exploitées au niveau arabe. Il ne fait aucun doute que le moral est en berne et que les regards sont dirigés vers les événements à Qom et Téhéran. Les dernières informations données par les opposants de la ville d’Ahvaz parlent de milices arabes utilisées pour y réprimer la contestation. Cela était prévisible car le régime de Khomeiny a toujours su utiliser les bons outils, qu’il a fabriqués pendant des décennies.

Une occasion commune de retrouver la souveraineté nationale

La situation en Iran est une occasion pour les forces arabes patriotiques dans tous les pays où les milices iraniennes se sont immiscées : en Irak, au Yémen, au Liban et en Syrie. Chacun souffre des interventions iraniennes de manière particulière mais il y a une occasion partagée de retrouver la souveraineté nationale et d’éradiquer tous les agents de l’Iran, même s’ils changent de masques. Il ne faut pas oublier que depuis des mois, les portraits de Khamenei, Khomeiny et Rohany étaient brandis de manière quasi-officielle dans les rues de capitales arabes. Ce sont ces mêmes images que l’on brûle actuellement à Téhéran, Mechhed et autres villes iraniennes. Les médias réellement arabes doivent diriger leurs messages en direction des agents de l’Iran dans le monde arabe. Les égarés appartenant à leurs milices ou les soutenant dans les pays arabes doivent savoir que la force qui a fabriqué et soutenu leurs chefs est en train de vaciller, et que le peuple iranien pourrait bien se retourner contre eux également et leur demander des comptes dans un futur proche.

Lien vers le texte original

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*