Des nouvelles sanctions américaines mortes dans l’œuf

Les Présidents Trump et Rohani

Les sanctions pétrolières et financières américaines perdent leur effet dès la première semaine

Rai Al-Youm – Jeudi 8 novembre 2018 

Après l’autorisation donnée par les Etats-Unis à l’Afghanistan de continuer à importer le pétrole iranien dont il a besoin et à l’Irak d’importer de l’électricité iranienne, la deuxième série de sanctions américaines contre les secteurs pétroliers et bancaires iraniens est une véritable passoire qui n’a plus aucun effet.

L’administration Trump, qui a promis de paralyser l’activité en Iran et d’imposer des sanctions empêchant le pays d’exporter le moindre baril de pétrole afin de le faire plier, de lui imposer ses 12 conditions dont l’arrêt de la fabrication des missiles et du soutien aux mouvements de résistance tels que le Hezbollah, le Hamas et le Djihad islamique, sans oublier le démontage des réacteurs permettant d’enrichir l’uranium, se trouve dans une situation grotesque : ses sanctions sont inefficaces dès le jour de leur application.

L’exonération de huit Etats (Chine, Inde, Grèce, Turquie, Italie, Taiwan, Japon et Corée du Nord) des sanctions et la permission d’importer du pétrole iranien n’est pas un « cadeau » de l’administration Trump mais un acte de soumission devant le fait accompli : la plupart de ces Etats ont affirmé qu’ils ne tiendraient pas compte des sanctions et qu’ils continueraient à avoir des liens commerciaux ordinaires avec l’Iran. Il est d’ailleurs paradoxal que ces huit Etats représentent plus de la moitié des exportations de pétrole iranien, qui atteignent 2,5 millions de barils par jour.

Le succès des démocrates à la chambre des représentants est un coup terrible porté à Trump et son administration.

Les démocrates ont remporté la majeure partie des sièges à la chambre des représentants et le Président Trump se trouve désormais dans un bourbier, car ces démocrates sont opposés à son retrait irréfléchi de l’accord nucléaire avec l’Iran et aux sanctions pétrolières et commerciales.

Il est sans doute trop tôt pour dire si l’Iran, qui semble n’être pas du tout impacté par ces sanctions et les défie avec acharnement, est sorti vainqueur de cette confrontation dès la première semaine, mais le fait que l’on se pose cette question est en soi une défaite pour Trump et ses alliés israéliens et arabes.

Les alliés arabes de Trump feront partie des principaux perdants.

La bêtise américaine dans toute sa splendeur montre que l’arrogance donne des résultats inverses de ceux escomptés : la Corée du Nord a annulé une réunion avec le secrétaire d’Etat américain et a promis de reprendre l’enrichissement de l’uranium, la Chine s’allie avec la Russie pour mettre fin à l’hégémonie du dollar et les sanctions américaines perdent leur effet avant même d’être mises en application.

L’hégémonie américaine s’effrite rapidement et il est bien regrettable que certains gouvernements arabes mettent tous leur œufs dans les paniers américain et israélien, car ils s’en mordront les doigts dans les jours à venir.

Lien vers l’article original

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*