Mohammad Zarif contre les partisans de la ligne dure iranienne

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, qui a démissionné lundi. Hamed Malekpour

Le ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a choqué les Iraniens lorsqu’il a annoncé sa démission sur Instagram au soir du lundi 25 février . Il serait furieux parce que le président syrien Bachar al-Assad s’était rendu à Téhéran ce matin-là, à son insu et sans sa présence aux réunions.


Dans un SMS échangé avec un journaliste du média iranien Entekhab, Zarif a confirmé sa déception de ne pas avoir été inclus dans la réunion avec Assad.
Les photos de la visite secrète d’Assad à Téhéran ont été publiées quelques heures seulement avant la démission de Zarif.

L’Ayatollah Ali Khameni, Guide suprême, y était assis aux côtés d’Assad, et quelques conseillers de Khameni étaient également présents, Qasem Soleimani, commandant en chef de la Force des Quds. Lors d’un autre événement, le président Hassan Rouhani a été photographié avec Assad, Soleimani étant assis à la place qui aurait dû être celle de Zarif en tant que ministre des Affaires étrangères. Cette photo souligne la position de Soleimani au sein du régime, en tant qu’ambassadeur du Guide suprême pour la politique régionale et en tant que conseiller politique.


L’absence de M. Zarif aux réunions officielles de Téhéran renvoie au monde le message que la position de ministre des affaires étrangères n’est pas importante. Zarif, partisan de la diplomatie et du dialogue, était considéré comme la figure peut-être la plus populaire de l’administration Rouhani, parvenue à un accord avec les États-Unis, et peut-être même avec l’ancien secrétaire d’État américain John Kerry.


La déception de l’opinion publique face à la politique régionale agressive du régime, qui a provoqué des pressions économiques et politiques directes sur les Iraniens, est en partie attribuée au changement de la diplomatie américaine envers la République Islamique sous Donald Trump. Mais les Iraniens blâment également la passivité de leur propre gouvernement, qui n’a pas réussi à faire mieux face aux partisans de la ligne dure iranienne et à l’ingérence des diverses milices.


Zarif a été le poids lourd de l’administration Rouhani et une source de prestige. Sans lui, il est difficile de dire si l’Occident continuerait à soutenir l’accord nucléaire iranien. Il a été le cerveau de cet accord et inspire toujours confiance aux membres de l’UE.


Cependant, les pays de la région pensent différemment. Leurs réactions vont dans le même sens que celles adoptées par le secrétaire d’État américain Mike Pompeo lorsqu’il a envoyé un tweet lundi soir :
Nous prenons note de la démission de « @JZarif ». On va voir si ça colle. De toute façon, lui et « @HassanRouhani » ne sont que des hommes de paille d’une mafia religieuse corrompue. Nous savons que @khamenei_ir prend toutes les décisions finales. Notre politique est inchangée, le régime doit se comporter comme un pays normal et respecter son peuple.


Les voisins arabes s’attendaient à ce que leurs relations avec l’Iran s’améliorent lorsque M. Rouhani a été élu président. Ils avaient accueilli chaleureusement Zarif lorsqu’il a proposé une approche conciliante à l’Occident et s’attendaient à ce que Zarif poursuive une diplomatie régionale active immédiatement après l’accord nucléaire avec l’Iran. Au lieu de cela, ils ont vu un échec total.


La démission de Zarif est une protestation contre son incapacité à mener une politique étrangère indépendante sans l’ingérence du Corps des gardiens de la révolution iranien.

Mais il n’y a pas encore de confirmation que le président a accepté sa démission. Si elle est acceptée et que Zarif se retire vraiment, l’administration de Rouhani sera confrontée à un énorme défi.

Si Zarif se retire, on peut s’attendre à voir la fin de l’accord nucléaire iranien et une nouvelle phase dans la diplomatie iranienne.

S’il reste à son poste, cela signifiera que le Guide suprême pourrait accepter une augmentation de l’autorité de Zarif et une limite à l’ingérence du Corps des gardiens de la révolution iraniens dans les affaires gouvernementales, aussi improbable que cela puisse paraître.
Si Zarif survit à la tempête et à la controverse, il pourrait encore être une source d’espoir lorsqu’il s’agira d’aider le régime à obtenir un soutien national pour la prochaine élection présidentielle en 2021.
Sa démission, très publique et son ouverture à en discuter les raisons, lui confèrent une crédibilité auprès du public, qu’il pourra utiliser plus tard, qu’il continue d’être ministre des Affaires étrangères ou qu’il se présente à la prochaine élection présidentielle, ce qui représenterait une surenchère pour les partisans des idées dures.

Par Camelia Entekhabifard, Journaliste Irano-Américaine https://mondediplo.com/outsidein/mohammad-zarif-against-the-iranian-hardliners

Traduction Alexandra Allio De Corato

Alexandra Allio De Corato
A propos de Alexandra Allio De Corato 85 Articles
Traductologie, Linguistique & Géopolitique Analyste, Spécialiste du Moyen-Orient.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*