Le foot et le monde arabe : amour idyllique et politique

Dounia Ismail – Lundi 15 avril 2019


Depuis le 10 avril 2019, l’Institut du monde arabe fait le pari audacieux d’un voyage footbalistique en terres arabes, avec l’exposition « Foot et monde arabe ». Une aventure en onze histoires, mêlant ferveur du ballon rond, rêve d’indépendance, émancipation et surtout démesure. Autant de facettes d’un monde aux richesses multiples, en constante évolution. 

« Dans le monde arabe, le football ne peut pas être résumé à une victoire ou une équipe. Il est multiple, riche d’histoires humaines, de moments historiques et d’émotions ». Dès l’entrée, le ton de cette exposition est donné. À quelques semaines de la Coupe d’Afrique des Nations, qui se déroulera en Égypte, l’Institut du monde arabe propose un voyage initiatique et surtout footbalistique en terres arabes. L’occasion de comprendre d’un peu plus près le véritable engouement qui secoue les sociétés arabes face au ballon rond.

Une histoire fusionnelle

Un voyage spatio-temporel s’ouvre à nous. Onze histoires, qui s’étendent du Maroc à la Palestine et faisant un détour par la France, terre d’immigration, tentent de raconter l’histoire parfois idyllique, tantôt chaotique, mais surtout fusionnelle entre le ballon rond et les pays arabes. Parce que le football n’est pas que l’histoire de l’Occident. Il prend son souffle dans les contrées arabes, où il rythme la vie du peuple, inonde les rues et fait vibrer les bâtiments.

On s’attarde sur des reliques, des souvenirs et des moments d’émotion. Au-dessus de nos têtes, les maillots des nations arabes qualifiées lors de la dernière Coupe du Monde, biffés de quelques signatures, dont celle du Pharaon égyptien Mo Salah. À quelques salles delà, ce sont le short et le maillot de Zinedine Zidane qui sont entreposés, doux souvenir d’unité qui avait agité la France lorsqu’elle devint championne du monde en 1998. L’exposition parle évidemment de football en terre arabe, mais aussi d’arabes dans le football français. Comment les deux ont communiqué, puis ont décidé de faire sécession. Plus loin, ce sont les crampons du « plus grand footballeur algérien » Rachid Mekhloufi, qui sont présentés. Fuyant le Championnat français en 1958, alors que la Guerre d’Algérie faisait rage, il part avec plusieurs de ses compatriotes créer une équipe algérienne libre et indépendante. Un pied-de-nez à des années de colonisation.

Un outil politique

Dans cette région, tout est politique, même un ballon. Outil d’affirmation d’indépendance et même de contestation populaire, il devient un moyen de s’exprimer sur la scène internationale. L’un des chapitres s’attarde sur l’histoire de l’équipe palestinienne, reconnue comme telle en 1998. Le ballon rond est un signe d’unité politique. Dans un pays autant fracturé que le Liban, sur le point confessionnel ou politique, le football est le seul moyen de s’entendre, de faire communion.  Et puis évidemment, la ferveur. Les supporters et leurs chants qui soulèvent la foule, leur importance dans les mouvements de contestations… Ce sont eux qui font du football un moment si magique dans ces pays. Car découvrir le football dans le monde arabe c’est aussi saisir ces émotions décuplées.

Pourtant, on reste sur notre faim. Sans mentionner la dixième histoire consacrée au côté lifestyle du PSG et totalement hors de propos, on en ressort un chouïa déçu. On aurait aimé que la présence des ultras dans les différentes mobilisations arabes, dernière en date les fans de l’USM Alger dans les manifestations algériennes, prenne plus de place. On aurait voulu que les supporters accaparent l’espace, que leurs chants inondent l’espace. C’est en cela qu’une exposition est immersive : quand tous nos sens sont sollicités.

Surtout, on aurait aimé entendre la voix qui berce tous nos matchs arabes, celle d’Issam Chaouali, résonner dans les allées de l’exposition. Car s’il y a bien une chose qui marque un match dans ces pays-là, ce sont les débordements vocaux, l’hystérie, et l’amour du ballon rond du Thierry Roland arabe.

Donia Ismail

Avatar
A propos de Sami Mebtoul 191 Articles
Fondateur d'Actuarabe, traducteur assermenté, professeur de langue arabe

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*