Le destin tragique des Bédouins d’Israël

Le désert du Néguev

De temps en temps, les médias internationaux diffusent des nouvelles sur la destruction des tentes et des maisons de familles bédouines dans les confins du déserts du Néguev ou en Galilée. De l’autre côté, les activistes pro-sionistes dans les réseaux sociaux tentent de montrer une image pacifique et collaboratrice des Bédouins qui s’engagent dans l’armée israélienne ou accueillent les touristes étrangers sous leur tentes avec leur café traditionnel. Dans cet article, l’on veut déchiffrer le comment et le pourquoi de ce paradoxe concernant les Bédouins d’Israël.
Le terme «Bédouins» dans la terminologie politique d’Israël, désigne des groupes d’Arabes musulmans cultivateurs et nomades qui se sont installés des siècles avant la création de l’État Hébreu, en Galilée (au Nord) et dans le désert du Néguev (au Sud). Les Bédouins constituent aujourd’hui une communauté de 250 000 personnes. Ils représentent actuellement environ 3 % de la population d’Israël. Alors que l’ensemble des Arabes d’Israël représente 1 808 000 personnes, soit 20.8 % de la population totale du pays. Il faut noter que le taux de natalité montre le chiffre étonnant de 5.5 % chez les Bédouins. Tenant compte de cette forte croissance démographique, ils jouerons donc dans l’avenir d’Israël un rôle encore plus considérable.
Les Bédouins d’Israël ne sont pas un bloc unifié. Ceux du Néguev sont originaires du nord de la péninsule arabe, d’où ils ont migré au XIVe siècle. Les Bédouins de Galilée sont plutôt d’origine jordanienne et syrienne. Le terme Bédouin est un lexème très antique dans la langue arabe et son équivalent « Aarabi » est utilisé même dans le texte coranique. En 1947-1948, à partir du partage de la Palestine mandataire par l’ONU et jusqu’à la création de l’État d’Israël, la plupart des Bédouins ont été expulsés vers Gaza et vers la Jordanie. Seuls 12 % de la population arabe originelle sont restés, devenant plus tard citoyens israéliens. Suite à la dispersion du peuple bédouin après la création de l’Etat d’Israël, la structure tribale de ces nomades a été disloquée. Aujourd’hui l’on ne peut plus utiliser le mot « Tribu » pour ces familles qui habitent en marge des localités israéliennes.
De nos jours, les Bédouins font partie de la minorité arabo-musulmane d’Israël et partagent les mêmes intérêts et les même préoccupations. Mais en même temps, avec une histoire et une culture différentes, ils constituent une micro-société dans la population arabe d’Israël. La plupart des familles bédouines ne sont pas raccordées à l’eau ni à l’électricité et sont éloignées des routes principales. La plupart de leurs enfants étudient en dehors de leur lieu de résidence et leur taux d’abandon scolaire est élevé, notamment en raison du manque d’accès et de transports en commun pour leurs écoles. Les zones bédouines montrent des taux élevés de chômage, de pauvreté et de criminalité.
Pierre Barbancey, grand reporter au quotidien français « l’Humanité » nous dessine, dans un article de janvier 2017, le parcours de ces tribus Bédouines après 1948 :
« Le mouvement sioniste, comme il l’avait fait au début du XXe siècle avec l’installation de colonies en Palestine, a propagé l’idée que le Néguev n’était pas habité, les Bédouins n’étant, à leurs yeux, que des nomades sans attache permanente et donc sans titre de propriété. Le fameux slogan « Une terre sans peuple pour un peuple sans terre », dont on connaît la fausseté. C’est sous ce prétexte que les Bédouins qui sont restés dans le Néguev ont été transportés d’un endroit à un autre, d’abord au nord et au nord-est de Beer Sheva, dans un endroit particulièrement aride et austère nommé Siyag. Mais, même là, les Bédouins ont été considérés comme indésirables. Il fallait qu’ils laissent la place à des familles juives. L’errance devait reprendre. »
Il y a toujours des litiges entre Israël et les Bédouins sur la possession des terres. Ce conflit crée des sérieux obstacles devant le développement des zones bédouines. Les droits de ces anciens nomades ont été continuellement ignorés et violés par l’État d’Israël. Dans les années précédentes, les Bédouins étaient victimes d’une politique de double jeu de la part de l’État hébreu. D’un côté Israël veut profiter des potentialités de ce peuple en utilisant les jeunes Bédouins dans les division des traqueurs frontaliers de l’armée Israélienne. Ces patrouilles composées des sous-officiers bédouins sont d’une grande efficacité dans les régions frontières avec le Liban où ces Arabes bédouins ont déjà prouvé leur capacité pour faire face aux tentatives d’infiltrations du Hezbollah.
L’état-major de l’armée israélienne a l’intention d’augmenter encore la présence des soldats bédouins dans le corps des IDF. D’après le journal Yedioth Ahronoth, un plan conjoint du Ministère de la Défense et des IDF vise à augmenter le nombre de soldats bédouins dans les forces de défense israéliennes. Pini Ganon, chef de la division bédouine a récemment révélé que «Chaque année, de 450 à 500 bédouins rejoignent l’armée et le chef de l’État-major a l’intention de multiplier leurs effectifs. »
Mais Israël n’abuse pas seulement des capacités militaires des Bédouins. L’industrie du tourisme israélien aussi a bien profité , ces dernières années, de l’hospitalité des tribus bédouines. Dans les publicités touristiques de l’État hébreu, le mode de vie, l’art culinaire et l’hospitalité des Bédouins sont toujours présentés comme des attractions touristiques d’Israël.
Les Bédouins montrent une grande envie de s’intégrer dans la société israélienne. Ils entrent dans les services militaires bien que ces services ne sont pas ouverts aux Arabes. Comme ils coopèrent avec l’État d’Israël, ils sont qualifiés de « Traîtres » par les Arabes d’Israël. Mais malheureusement, le gouvernement de Tel Aviv montre une très grande hostilité contre ces Bédouins. Ces dernières années, de nombreuses installations bédouines ont été enlevées et dévastées par les IDF. Les Israéliens disent que les Bédouins ne possèdent pas d’actes de propriété pour les terres qu’ils revendiquent. Mais en réalité, les documents que les Bédouins possèdent datent parfois de l’époque ottomane. Cela montre que l’attachement historique de ces tribus à leur terres est plus attesté que celui des Israéliens eux-mêmes !!! Le problème du chômage chez les jeunes bédouins est un des facteurs qui les poussent à entrer dans l’armée sioniste, malgré leur religion et leur identité arabe. L’adhésion à l’armée peut leur offrir une possibilité en vue de suivre des études et des programmes éducatifs que l’État hébreu offrent aux Bédouins collaborateurs. Les sionistes extrémistes veulent installer les implantation illégales dans les zones qu’autrefois l’État d’Israël avait confié à ces tribus Bédouines.
Les soldats bédouins qui entrent dans l’armée souffrent du regard méprisant des officiers juifs. Ils ne peuvent jamais accéder aux rangs élevés dans l’Armée et sont obligés d’adhérer aux équipes de traqueurs qui affrontent continuellement des risques majeurs en face des commandos du Hezbollah. C’est le destin tragique des Bédouins de Palestine qui étaient autrefois les maîtres fiers du Sahara.

– http://www.gitpa.org/web/38.pdf
– Ivan Sand, « Le sort des Bédouins du Néguev : quels enseignements pour la construction politique et idéologique de l’État d’Israël ? », Études arméniennes contemporaines [En ligne], 3 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/eac/528 ; DOI : 10.4000/eac.528
– KRESSEL Gideon, BEN-DAVID Joseph et ABU RABI’A Khalil, « Changes in the Land Usage by the Negev Bedouin Since the Mid-19th Century », Nomadic Peoples, vol. 28, 1991, pp. 28-55.
– https://www.knesset.gov.il/lexicon/eng/bedouim_eng.htm
– https://www.humanite.fr/proche-orient-les-bedouins-disrael-victimes-de-la-colonisation-interieure-631053
– Havatzelet Yahel, « Land Disputes between the Negev Bedouin and Israel », Israel Studies, Vol. 11, No. 2 (Summer, 2006), pp. 1-2
– https://www.timesofisrael.com/army-drive-aims-to-boost-number-of-bedouin-soldiers/
– https://www.la-croix.com/Monde/Moyen-Orient/Israel-Bedouins-terre-2018-05-02-1200936044

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*