Le 24 avril devient la journée nationale de commémoration du génocide arménien

Emmanuel Macron ce mardi lors du dîner annuel avec le CCAF

Comment la Turquie perçoit-elle cette initiative d’Emmanuel Macron?

Mardi soir, au dîner annuel du Conseil de coordination des organisations arméniennes de France (CCAF), Emmanuel Macron a annoncé que la France allait faire du 24 avril une « journée nationale de commémoration du génocide arménien ». Le chef de l’État honore sa promesse de campagne, un geste que les Arméniens de France attendaient avec impatience. Malgré l’enthousiasme de certains, cette annonce ne semble pas plaire à son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan.

La Turquie a condamné ce matin la décision du président français Emmanuel Macron d’instaurer une journée de commémoration du génocide arménien de 1915. Ankara rejette l’utilisation du terme « génocide », évoquant des massacres réciproques sur fond de guerre civile. Entre 1,2 million et 1,5 million d’Arméniens ont été tués de manière systématique à la fin de l’Empire ottoman.

La France a été en janvier 2001 le premier grand pays européen à reconnaître le génocide arménien. Emmanuel Macron s’attire les foudres de la Turquie qui n’a jamais reconnu sa responsabilité dans ce génocide. Le porte parole de la présidence turque, Ibrahim Kalin, a confié que le chef de l’Etat veut « sauver sa situation en transformant des événements historiques en matériau politique. » Par ailleurs, le président de la République a assuré avoir un dialogue exigeant avec la Turquie.

La communauté arménienne a applaudi l’annonce d’Emmanuel Macron. Mourad Papazian, co-président du CCAF estime que la France est un exemple mondial concernant le génocide arménien.

Inès Zordane

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*