L’Arabie Saoudite exclut les relations diplomatiques avec la Syrie tant que la stabilité n’aura pas été rétablie

Le ministre d'État saoudien aux Affaires étrangères, Adel Al-Jubeir, a reçu lundi à Riyad le ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Lavrov. (Ministère des affaires étrangères de l'Arabie saoudite)

Il n’y aura pas de reconstruction avant que le processus politique visant à mettre fin à la guerre ne progresse, affirme M. Al-Jubeir.

RIYAD: Lundi, l’Arabie Saoudite a exclu de rétablir les relations diplomatiques avec la Syrie ou de réintégrer Damas dans la Ligue arabe sans progrès dans un processus politique visant à mettre fin à cette guerre vieille de huit ans.

Riyad ne participera pas non plus aux efforts de reconstruction tant que la stabilité n’aura pas été rétablie en Syrie, a déclaré le Ministre d’État aux affaires étrangères Adel Al-Jubeir.

L’Arabie Saoudite était déterminée à trouver une solution politique au conflit syrien, mais la réouverture de l’ambassade était « liée aux progrès du processus politique, il est encore trop tôt pour l’instant », a déclaré M. Al-Jubeir lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

A la question de savoir si Riyad aiderait à la reconstruction de la Syrie, M. Al-Jubeir a répondu : « La reconstruction ne peut avoir lieu tant que la guerre n’est pas finie et qu’il n’y a pas la stabilité et la sécurité en Syrie. »

Il a également indiqué qu’il était « trop tôt » pour que la Syrie soit réintégrée dans la Ligue arabe, à laquelle elle avait été suspendue, il y a sept ans. La Ligue arabe a déclaré que la réintégration exigerait un consensus entre les États membres.

Lavrov a dit : « Nous aidons les partis politiques syriens à former un comité constitutionnel, mais c’est le peuple syrien qui décidera de la forme de leur système politique. » Par ailleurs, il a ajouté, que des défis tels que la lutte contre le terrorisme et les situations en Syrie et au Yémen ne peuvent être résolus que par la mise en œuvre des résolutions des Nations Unies.

Sur d’autres questions, M. Al-Jubeir a déclaré croire que le Canada honorerait une entente de 13 milliards de dollars pour vendre des véhicules blindés au Royaume Saoudien, malgré une suggestion du premier ministre du Canada, Justin Trudeau, selon laquelle Ottawa cherchait un moyen de se sortir de cet accord.

Les remarques de Trudeau étaient « pour la consommation intérieure », a souligné M. Al-Jubeir. « Nous voyons le gouvernement canadien aller de l’avant avec l’accord. »

M. Lavrov a déclaré que Moscou espérait contribuer au programme saoudien d’énergie nucléaire civile. « Nous avons fait remarquer qu’il existe un programme nucléaire saoudien à des fins pacifiques », a-t-il dit. 

Il a ajouté « Nous espérons que l’expérience de la Russie, son niveau d’expertise et le niveau de sécurité assuré lors de la construction de centrales électriques dans différentes parties du monde intéresseront l’Arabie Saoudite. »

Al-Jubeir a déclaré que le Royaume utiliserait l’énergie atomique pour produire de l’énergie pacifique et qu’il travaillait depuis des années avec d’autres nations pour développer les dernières technologies et les méthodes de production les plus sûres pour produire de l’énergie nucléaire à des prix compétitifs.

Par Noor Nugali

Lien vers l’article original

Traduction Alexandra Allio De Corato

Alexandra Allio De Corato
A propos de Alexandra Allio De Corato 85 Articles
Traductologie, Linguistique & Géopolitique Analyste, Spécialiste du Moyen-Orient.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*