La revue de presse turque

les journaux turcs

Par Ogul Tuna – Vendredi 22 février 2019

Sabah : « Bachar el-Assad est le protagoniste de l’énigme syrienne  »

Mehmet Barlas, l’éditorialiste du quotidien pro-Erdogan Sabah, a rédigé un article qui reflète un changement possible au futur dans la direction de la politique étrangère turque. « Les Etats-Unis préfèrent une entité étatique kurde liée au PKK/PYD au lieu de la présence des forces turques dans une zone de sécurité au nord de la Syrie. Bachar el-Assad, l’autorité légitime du pays, préfère aussi un tel scénario. Il regarde les Etats-Unis et la Turquie comme les pays qui menacent l’intégrité territoriale syrienne. Quant à l’Iran et à la Russie, ils n’acceptent pas l’attitude turque contre les Kurdes au nord. Si nous songeons à l’énigme syrienne avec la décision du retrait américain et l’idée de la fondation d’un OTAN arabe, nous pouvons réfléchir à un dialogue actif avec Bachar el-Assad. »

Agence Anadolu : « Manifestation contre la décision de peine de mort devant le Consulat général d’Egypte à Istanbul »

Les autorités égyptiennes ont exécuté ce mercredi neufs jeunes liés aux Frères musulmans. Les jeunes ont été condamnés pour assassinat du Procureur général du pays en 2015. Beaucoup d’organisation non-gouvernementales et d’individus ont condamné l’exécution. Le Consulat général d’Egypte à Istanbul a été l’un des points de ralliement. Le président de l’Association des journalistes d’Egypte, Hamza Zoubi, a pris la parole après avoir presenté ses condoléances. Il y avait aussi un représentant des Frères musulmans parmi la foule. Quelques dizaines ont chanté leur slogans, et puis se sont dispersés. Le gouvernement d’Erdogan, qui est contre le régime d’al-Sissi et allié aux Frères musulmans, est connu pour son soutien à  l’organisation depuis le début du Printemps arabe.

Agence Demirören : « La Turquie ne veut pas d’une vaste opération militaire à Idleb »

Après l’avancement de Hayat Tahrir al-Cham (HTS) à Idleb, une vaste opération militaire a été reconsidérée par Putin et Rouhani au sommet de Sotchi. Selon le stratégiste Naim Babüroğlu, la Turquie ne veut pas d’une telle option. « La Turquie demande encore un délai pour convaincre les jihadistes dans la région. Une vaste opération pourrait déclencher une vague d’immigration d’au moins d’un million de Syriens. De plus, il y aurait la menace de pénétration des terroristes sous le masque d’immigrants. C’est pourquoi le gouvernement préfère écarter une telle décision. » Le président Erdogan a aussi souligné que la Turquie ne pourrait pas subir une nouvelle vague d’immigration.

Agence Anadolu : « Le gouverneur de Kirkouk devrait être d’origine turkmène »

Représentant en Turquie du Front turkmène d’Irak, Mehmet Tütüncü, a parlé de la situation actuelle des Turkmènes d’Irak. Tütüncü a dit que 35 % des Turkmènes étaient rentrés à Tall Afar depuis la défaite de Daech – acronyme arabe fréquemment utilisé par les autorités turques pour l’État islamique. Il a également indiqué qu’il y avait 400 000 Turkmènes à Tall Afar avant les opérations militaires en 2017. Tütüncü a aussi souligné le rôle de la Turquie dans la reconstruction du nord de l’Irak. Selon les données qu’il a partagées, il y a 15 gouvernorats dirigés par des arabes, 3 par des Kurdes mais aucun par des Turkmènes. Tütüncü a ajouté que le gouvernorat de Kirkouk, region riche en ressources petrolières, devrait être dirigé par des Turkmènes pour assurer l’égalité entre les peuples constituants le pays.

Avatar
A propos de Sami Mebtoul 194 Articles
Fondateur d'Actuarabe, traducteur assermenté, professeur agrégé d'arabe

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*