La France et Haftar : une Libye plus difficile à construire qu’à détruire ?

Macron et la réunion sur la LIbye

Les événements qui ont suivi la réunion de Paris montrent qu’elle est un échec cuisant pour le Président Macron.

Al-Quds Al-Araby – Vendredi 1 juin

Il n’aura pas fallu attendre longtemps après la photo de la réunion de mardi dernier à Paris rassemblant les acteurs de la crise libyenne sous les hospices du Président français Emmanuel Macron en personne, des Nations Unies et de hauts responsables de vingt pays, pour que les combats oraux et militaires ne reprennent sur le terrain.

La polémique provoquée par le fait que le général Haftar « masque » le Président tunisien Beji Caid El Sebsi sur cette photo n’a pas fait oublier les luttes tragiques entre les Libyens présents. Si ces derniers (dont on suppose qu’ils sont venus pour se mettre d’accord sur un plan de sortie de crise) avaient laissé transparaître leurs rancœurs, ils auraient sorti leurs sabres ou leurs mitraillettes et se seraient entre-tués !

Une critique dirigée contre la France

Les acteurs libyens présents n’ont certes pas signé de document contraignant à Paris et ils se sont contentés d’annoncer des principes en huit points, mais le rythme des escalades militaire et politique s’est accéléré dès qu’ils sont rentrés en Libye. Il a atteint un niveau sans précédent puisque le Président du Haut-Conseil de l’Etat, Khaled Al-Mashary, a déclaré que le général Khalifa Haftar était « demandé par le procureur général militaire en Libye pour coup d’Etat » ainsi que par la justice française. Cet acte est un coup porté à la légitimité des négociations avec Haftar et une critique dirigée contre la France, qui a imposé sa présence dans cette réunion.

Al-Mashary a même déclaré clairement que Haftar ne menait pas une guerre contre le terrorisme mais qu’il liquidait ses adversaires politiques et qu’il ne s’était pas allié avec les forces du gouvernement de concorde pour mettre fin au terrorisme à Benghazi mais qu’il avait mis ses adversaires politiques dans un même panier pour régler ses différents politiques avec eux.

Une sortie touristique aux frais de l’Elysée

Hafter n’a pas tardé à répondre de deux manières : ses troupes ont effectué des raids aériens et bombardé des régions habitées dans la ville de Derna ; et il a déclaré à une source dans les rangs de son armée : « S’asseoir à la table ne signifie pas être d’accord et rien n’a été signé durant la réunion de Paris ». Cela veut donc dire que la présence de Haftar à Paris autour de la table avec ses adversaires libyens puis la photo commémorative étaient une sortie touristique aux frais de l’Elysée et que le Président Macron, qui a demandé aux responsables français d’organiser la réunion, et le représentant des Nations Unies en Libye, Ghassan Salamé,  n’ont plus qu’à jeter leurs plans et tout ce qui s’est dit durant la réunion au fond de la mer Méditerranée.

Il est évident que toute réunion de Haftar avec une autre partie libyenne est vouée à l’échec car il est devenu le nœud de la crise libyenne et la première cause de son prolongement. Pour Haftar, tout projet, réunion politique ou accord de réconciliation n’aboutissant pas à sa nomination comme Président de la République n’a aucun sens.

Un parcours militaire et politique peu glorieux et effrayant

Il ne faut pas oublier que Haftar était un des principaux généraux de Muammar Khadafi et qu’il a essuyé une terrible défaite au Tchad. Il a été emprisonné puis transféré aux Etats-Unis, où il a travaillé avec la CIA. Il est rentré en Libye après la révolution, où il a été parrainé par les Emirats Arabes Unis et l’Egypte de Sissi. Ce parcours militaire et politique peu glorieux et effrayant ne peut rien apporter de bon à la Libye et aux Libyens. L’équation consiste désormais à mettre fin à la carrière du général ou à donner son nom à la Libye. Ce choix pourrait être pire que le retour de Khadafi car Haftar ajouterait à la tyrannie et à la transmission du pays de père en fils une dépendance envers Abu Dhabi, Le Caire et la CIA.

Lien vers l’article original

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*