Khaled ben Salman se voit confier le dossier du Yémen en Arabie saoudite

Le Prince saoudien Khaled ben Salman

Aden – Al-Arabi Al-Jadeed

Des sources yéménites informées ont révélé à Al-Arabi Al-Jadeed que la direction du dossier yéménite à l’intérieur du gouvernement saoudien avait été confiée au fils du Roi, le Prince Khaled ben Salman, dernièrement nommé vice-ministre de la défense. Il était jusqu’à février dernier ambassadeur d’Arabie saoudite à Washington.

D’après ces sources, le Prince Khaled, frère du Prince héritier Mohammed ben Salman, n’a pas encore tenu de réunions officielles avec les belligérants yéménites ; mais des responsables saoudiens ont informé certains de leurs homologues yéménites de cette décision.

Le Prince Khaled avait pris ses fonctions de vice-ministre de la défense en rendant visite aux forces saoudiennes postées à la frontière avec le Yémen.

Ces sources ont indiqué que la nomination par Mohammed ben Salman de son frère Khaled comme son second au ministère de la défense implique qu’il s’occupera du dossier yéménite comme ses prédécesseurs. La décision du Prince héritier a été dévoilée durant la participation de son père au sommet économique euro-arabe en Egypte, à la fin du mois de février dernier, alors qu’il devait exercer les fonctions du Roi durant ce sommet.

Le dossier yéménite est resté une obsession pour les différents gouvernements saoudiens depuis les années 60. Riyad avait pris le parti du régime du Roi Mohammed Al-Badr, contre lequel s’est dressée la révolution du 26 septembre 1962, soutenue par le Président égyptien Gamal Abdel Nasser. Ce soutien égyptien représentait une menace pour la monarchie saoudienne, qui craignait la contagion républicaine. Riyad avait donc soutenu politiquement et militairement le Roi. La révolution s’est finalement conclue par un accord maintenant le régime républicain, l’Arabie saoudite se chargeant des salaires des fonctionnaires du régime de l’imam à travers la Commission spéciale dirigée et supervisée par le Prince Sultan ben Abdulaziz, de la fin des années 60 à sa mort en octobre 2011.

(…) Le dossier yéménite a ensuite été transféré à son frère, le Prince Nayef, décédé en milieu d’année 2012. C’est ensuite son fils, Mohammed ben Nayef, qui l’a récupéré. Après la décision du Roi Salman de destituer ben Nayef de sa fonction de Prince héritier pour le remplacer par son fils, Mohammed ben Salman, en juillet 2017, le dossier est resté entre les mains des services secrets sans supervision claire des princes de la famille régnante. Le dossier du Yémen est actuellement une priorité des autorités saoudiennes à cause de la guerre qui s’y déroule. Aux côtés de la Commission spéciale, actuellement présidée par Mohammed Al Qahtani, plusieurs institutions s’occupent des affaires yéménites, dont la Direction des opérations militaires communes, dirigée par le général Fahd ben Turki ben Abdelaziz, le Centre Isnad pour la reconstruction du Yémen, récemment créé et dirigé par l’ambassadeur du Royaume au Yémen, Mohammed Said Al Jaber. La dimension humanitaire a été confiée au Centre du Roi Salman pour l’aide et les actions humanitaires, dirigé par Abdallah Al Rabiaa. Le dossier yéménite a été confié au Prince Khaled quatre ans après le début des opérations militaires de la coalition saoudo-émirati au Yémen, dont il est clair que les objectifs ne pourront être atteints.

Lien vers l’article original

Avatar
A propos de Sami Mebtoul 194 Articles
Fondateur d'Actuarabe, traducteur assermenté, professeur agrégé d'arabe

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*