Les Israéliens volent le patrimoine de la Palestine, du keffieh aux antiquités

soldat israélien efface chemin du Bouraq

Le keffieh, le maftoul, le falafel et le dabke sont autant d’éléments authentiques du patrimoine palestinien qu’Israël tente de s’approprier au fil des ans

Al-Araby Al-Jadeed – 9 décembre 2017

L’occupation israélienne ne se contente pas de voler la terre de Palestine et de chasser les Palestiniens de leurs maisons pour les occuper. Elle est parvenue à s’approprier toute l’histoire et le patrimoine de la Palestine, les présentant au monde comme faisant partie de l’identité israélienne.

La Ministre israélienne de la culture, Miri Regev, est apparue cette année au Festival de Cannes avec une robe portant une photo de la Mosquée Al-Aqsa, du Dôme du Rocher et du Mur des Lamentations, ce que les Palestiniens ont considéré comme une falsification criante et un vol de leur patrimoine.

Ministre israélienne Miri Regev

Le keffieh

En 2015, lors d’un défilé de mode du couturier israélien Yaron Minkowski à l’occasion de la « semaine de la mode de Tel Aviv », les mannequins portaient des robes faites en keffieh palestinien, avec ses couleurs traditionnelles : noir et blanc, rouge et blanc.

Le couturier a déclaré qu’il avait fait venir ces keffiehs de Hébron, au Sud de la Cisjordanie, afin de concevoir des écharpes et des jupes pour sa collection été 2016. Il a dit qu’il utilisait le keffieh palestinien pour favoriser la coexistence entre Palestiniens et Israéliens, alors que les territoires palestiniens vivaient une vague de graves tensions.

Défilé de keffieh à Tel Aviv

Le keffieh est un symbole national et de lutte pour les Palestiniens, remontant aux années 30, au moment de la révolte menée par le Cheikh Izz Al-Din Al-Qassam face aux forces anglaises et aux milices sionistes. Les résistants se cachaient le visage avec le keffieh pour ne pas être reconnus. Le keffieh de l’ancien Président Yasser Arafat est un symbole pour les combattants palestiniens depuis le début de la révolte palestinienne de 1965. Il s’est étendu aux partisans de la cause palestinienne et il incarne désormais la Palestine aux quatre coins du monde.

Le maftoul

Même les plats populaires palestiniens n’ont pas été épargnés par l’occupation, qui tente de se les approprier. Israël a participé au Festival annuel de maftoul dans la ville italienne de San Vito lo Capo en 2000 et a remporté le premier prix. L’occupation essaye de présenter à travers le monde, que ce soit dans les restaurants ou les festivals, les plats palestiniens comme étant israéliens.

Le falafel

A l’occasion du mois de ramadan, le porte-parole de l’armée israélienne, Avichay Adraee, a publié une vidéo dans laquelle il présente plusieurs plats comme étant « orientaux », tels que la mloukhia et le msakhen. Arrivé au falafel, il le décrit comme « le plat préféré des Israéliens », considérant que ce célèbre plat populaire dans la région était devenu israélien.

Le dabke

De nombreuses vidéos présentent sur internet le dabke comme une dance folklorique en Israël, utilisant parfois des paroles en hébreu sur des airs de musique dabke palestiniens.

Les antiquités

L’Institut des études palestiniennes a publié une recherche intitulée Les antiquités de la Palestine entre pillage et sauvetage, dans laquelle il répertorie 12216 sites archéologiques de Palestine victimes de destruction ou de pillage. Il désigne l’occupation comme responsable du pillage de plusieurs milliers d’entre eux.

Le Ministère palestinien des antiquités et du tourisme parle d’appropriation par l’occupation de nombreux vestiges et autres éléments du patrimoine comme les arts, les vêtements, les plats culinaires…

Les contes

Israël tente aussi de s’approprier les contes palestiniens : environ 215 contes palestiniens ont été répertoriés dans les archives des contes populaires israéliens jusqu’en 1986.

Le chemin du Bouraq

Sur internet, de nombreuses photos montrent qu’une plaque de la ville de Jérusalem sur laquelle était écrit « Chemin du Bouraq » a été effacée par les soldats israéliens. Ils ont écrit « Chemin du Mur des Lamentations » à la place.

soldat israélien efface chemin du Bouraq

Lien vers le texte original

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*