Ils veulent nuire à la vision saoudienne

Mohammed Al-Yami, auteur de l'article

Les réformes sociétales engagées par Mohammed Ben Salman ne sont pas assez radicales pour les libéraux saoudiens, ces « extrémistes de l’autre bord »

Al-Hayat – Mercredi 9 janvier

Par Mohammed Al-Yami

A l’instar des extrémistes religieux qui ont opprimé la société pendant des décennies, je remarque aujourd’hui la présence d’extrémistes de « l’autre bord ».

Certains d’entre eux pensent servir la « vision saoudienne » alors qu’ils lui nuisent, car ses objectifs et ses applications actuelles sont bien plus profonds qu’ils ne le pensent. Cette vision est destinée à élargir les choix, augmenter les libertés raisonnables et libérer les gens de l’extrémisme, quel qu’il soit. Je cite deux exemples : certains ont cru bon d’attaquer une municipalité tranquille du Nejd car elle avait mis un panneau « promenade pour les hommes », d’après les photos qu’ils ont publiées. Certains ont prétendu que ce « comportement » était en désaccord avec la vision saoudienne ! Pour moi, ils ont fait un mauvais usage de leur portable, pris leur public pour des imbéciles et fait du tort aux autorités. Ils n’ont pas pris la peine de demander à la municipalité si elle possédait aussi une « promenade pour les familles » ou de chercher depuis quand datait ce panneau, ou encore de demander aux habitants du village ce qu’ils en pensaient. La vision saoudienne est plus grande et plus profonde que ces tentatives de « règlement de comptes » avec d’anciens extrémistes qui ont dominé la société. Ils font croire aux gens que cette vision va s’ingérer dans leur vie sociale pour lui nuire.

Pour la dernière soirée du nouvel an, les organisateurs d’une fête dans la région de Burj Khalifa et Dubaï Mall ont tracé deux routes conduisant à deux zones différentes : la première pour les familles, la seconde pour les célibataires. Personne n’a dit que la société organisatrice avait une manière de penser différente de ce qui ce fait à Dubaï. Bien au contraire, tout le monde a gardé le silence et chacun a respecté les choix de l’autre.

Une deuxième chose qu’il convient de discuter avec calme et en profondeur : la fermeture des magasins à l’heure de la prière. Certains persistent à répandre des avis extrémistes jetant l’opprobre sur ceux qui ferment leurs magasins pour prier en groupe, alors que les services gouvernementaux s’arrêtent pendant une demi-heure pour la prière du milieu de la journée et les écoles pendant vingt minutes. Acheter un article est-il plus important que les services publics ou que l’enseignement ?

Je ne parlerai pas des heures d’ouverture inadéquates dans les magasins, ou de l’absence de toilettes dans certains, ou d’autres détails ; mais la décision de fermeture d’un magasin n’est-elle pas un choix personnel ? Les offres commerciales de ces magasins ne relèvent-elles pas de leurs propriétaires, qui peuvent donc aussi fermer quand ils le veulent ?

L’important dans ces deux exemples est que les ennemis de l’Arabie saoudite et de la nouvelle vision exploitent ces événements superficiels pour que les gens aient peur de ce qu’ils nomment les « objectifs cachés » de cette vision. Pourtant il n’y a pas plus clair que cette vision dans l’histoire arabe en ce qui concerne ses objectifs. Il n’y a pas dans l’histoire moderne de chose plus précise que sa forme et ses modalités d’applications. Elle représente en elle-même une sorte d’indépendance, de liberté et de confiance en les capacités individuelles et collectives. Ne prêtez donc pas secours à ses ennemis en vous accrochant à des détails insignifiants. Celui qui voit dans un petit panneau placé dans un modeste village un grand problème et ignore les panneaux indiquant la construction et le renouveau auxquels participent les femmes de manière utile, ainsi que l’apparition de phénomènes sociaux naturels, est tout simplement un extrémiste de l’autre bord.

Lien vers l’article original

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*