Est-il possible de se réconcilier avec le pouvoir qatari ?

Le journaliste et écrivain saoudien Mishary Al Zaidi

Après le Forum de Doha, les Saoudiens prennent note du rapprochement du Qatar avec l’Iran et la Turquie. Une résolution de la crise du Golfe semble plus éloignée que jamais.

As-Sharq Al-Awsat – Lundi 17 décembre 2018

Par Mashari Althaydi, journaliste et écrivain saoudien

Lors de son intervention au dernier Forum de Doha, l’Emir du Qatar, Tamim Ben Hamad Ben Khalifa Al Thani, a demandé aux autres de « ne pas s’ingérer dans les affaires internes des Etats », et réaffirmé que « le dialogue permet de rapprocher les points de vue quels que soient les différends ».

Ces belles paroles sont toutefois bien éloignées de la réalité des politiques actuelles du Qatar. Tout comme la forme et le contenu mêmes de ce dernier Forum ouvert par l’Emir Tamim, avec pour titre : « Elaboration des politiques dans un monde interconnecté », à l’hôtel Sheraton de Doha.

Hier, le Ministre turc des affaires étrangères M. Mevlut Cavusoglu, un des porte-paroles du Président Erdogan, a lancé une attaque violente contre l’Arabie saoudite et les Emirats. Il s’est chargé de défendre les politiques du Qatar qui provoquent angoisses et dissensions dans nos pays. Le Ministre iranien des Affaires étrangères, M. Muhammad Jawad Dharif, a lui aussi insulté l’Arabie saoudite et les Emirats depuis l’estrade de Doha. Il a été un invité actif, distribuant des sourires main dans la main avec ses collègues turc et qatari !

Qui a soutenu toutes les voix offensant l’Arabie saoudite, des années avant la crise Khashoggi ?

Qui soutient les chaînes réfugiées en Turquie, comme Mekameleen et El-Sharq, spécialisées dans la diffusion d’archives et d’informations portant atteinte à l’Arabie saoudite, aux Emirats et à l’Egypte en particulier, bien avant la crise Khashoggi ? Qui a utilisé les chaînes d’Al-Jazeera et les comptes de leurs valeureux présentateurs pour insulter les dirigeants, le peuple, les politiques et l’histoire de l’Arabie saoudite ? Qui s’est jeté dans les bras de l’Iran alors que les missiles des houthis pleuvaient sur Riyad, Najran, Abha et La Mecque ? Qui est sorti du rang, a semé la peur, la haine et la discorde dans les Etats du Golfe ? Pas seulement au Bahreïn, aux Emirats et en Arabie saoudite, mais aussi au Koweït ; alors que ce pays est actuellement loué par la propagande des autorités qataries ?

On parle en ce moment de la volonté des dirigeants qataris d’aller plus loin dans leur scission et de rejoindre le nouvel axe « Téhéran-Bagdad-Ankara », qui ressemble à l’ancien « pacte de Bagdad ». Le Ministre des Affaires étrangères du Qatar, Muhammad Ben Abdulrahman, a fait illusion à cela au Forum de Doha en déclarant : « Les alliances régionales ont besoin d’être restructurées et cela exige des nouveaux principes de gestion ».

Tout cela et d’autres résultats des politiques du Qatar rendent les tentatives de « minimisation » du problème qatari par certains intellectuels du Golfe, au Koweït notamment, inutiles et insignifiantes ! Le problème est bien réel avec les politiques du Qatar et l’auteur de ces lignes a adopté ce point de vue avant la crise de l’année dernière, bien avant ! Il faut le préciser pour ceux qui s’imaginent qu’il est né au moment du blocus arabe !

Tout cela pour blâmer les dirigeants actuels du Qatar et non son cher peuple, et pour mettre les choses au clair pour certains.

Lien vers l’article original

Avatar
A propos de Sami Mebtoul 194 Articles
Fondateur d'Actuarabe, traducteur assermenté, professeur agrégé d'arabe

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*