Changements dans la société saoudienne : la femme, dernier combat

L'écrivain et journaliste saoudien Faris Ben Hezam

Les femmes saoudiennes vont intégrer en masse le monde du travail et les « extrémistes » ne vont pas tarder à approuver cela

Al-Hayat – Mardi 22 janvier 2019

Par Faris Ben Hezam, écrivain et journaliste saoudien.

Les luttes idéologiques se sont terminées en Arabie saoudite avec la clôture du dossier de la femme. Ce fût une lutte féroce menée par les extrémistes durant des décennies. Ils l’ont perdue avec la victoire de la femme et de la société, après avoir perdu de nombreuses luttes idéologiques et développementales en un temps record.

Il n’est pas exagéré de qualifier cette lutte de guerre acharnée car toutes les armes ont été utilisées par les extrémistes. Ils se sont révoltés quand l’enseignement des femmes a été mis à l’écart de leur zone d’influence. Ils ont mené une campagne de diffamation contre toute personne songeant à les embaucher. Ils ont promis le pire à la société et au gouvernement si la femme entrait dans le monde du travail.

La femme était l’arme la plus puissante des extrémistes pour dominer le paysage régional. Elle représente la moitié de la société : à travers elle, on dirige la maison, on a une influence sur les enfants et on contrôle de nombreuses articulations de l’Etat. Les extrémistes ont bien compris depuis longtemps que la perte du dossier de la femme représentait la fin de leur présence dans la rue. Présence qu’ils ont imposée en suivant à la trace les fautes des gens, en effrayant le secteur privé et en faisant croire à un équilibre des forces à l’intérieur de l’Etat.

Les signes de leur défaite ont commencé à apparaître durant les quatre dernières années avec chaque pas que faisait le gouvernement vers l’avant. Les restrictions gouvernementales au développement ont disparu et les craintes ont été dissipées autour des projets économiques ou développementaux allant dans l’intérêt du pays sans être en contradiction avec ses valeurs religieuses. Les extrémistes ont senti venir le danger jour après jour. Ils ont pris conscience de la détermination du gouvernement dans le développement et son application. Les dossiers abandonnés ont été ouverts, discutés et traités rapidement pour se matérialiser effectivement par la suite.

En quelques années, de nombreux détails concernant le statut personnel de la femme ont été traités et elle a intégré le monde du travail. Dans le secteur privé, on trouve des commerçantes, des responsables et des ouvrières. Dans le gouvernement, on trouve des femmes à tous les niveaux sauf aux postes de ministre et d’ambassadeur, mais je pense que cela ne va pas tarder.

Le gouvernement sait bien qu’il y a un potentiel d’un million d’emplois dans le secteur privé et il a commencé à faire des lois établissant un environnement de travail identique pour les mères et les jeunes femmes. Cela commence sans doute par la diminution de la main d’œuvre étrangère, qui est venue en Arabie saoudite pour apprendre, et l’établissement d’une loi protégeant la dignité et la vie privée des employées.

Le gouvernement a assuré pendant un demi-siècle l’enseignement des deux sexes et les a mis sur un pied d’égalité. Les universités ont formé des centaines de milliers de diplômés. Les jeunes hommes ont saisi les opportunités dans le monde du travail mais les deux tiers des jeunes filles sont retournées à la maison. A quoi sert donc l’enseignement supérieur ? Pourquoi perdre de l’argent dans l’instruction de jeunes filles qui ne produisent rien ?

Tout cela appartient définitivement au passé. Dans ces luttes, les extrémistes ont tantôt pris la femme en otage, tantôt se sont cachés derrière elle. Aujourd’hui, ils ont rendez-vous avec la femme et le monde du travail. La société les verra bientôt s’empresser de faire travailler leurs femmes et leurs filles. Ils ont fait pareil avec la télévision par satellite, l’internet et les études à l’étranger : ils les ont interdits, ont mis en garde contre, avant de se ruer dessus.

Lien vers l’article original  

Avatar
A propos de Sami Mebtoul 193 Articles
Fondateur d'Actuarabe, traducteur assermenté, professeur agrégé d'arabe

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*