Al-Houthi : Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne profitent de cette agression

Abdul Malik Al Houthy

Le chef du mouvement houthi « Ansar Allah », Abdul-Malik Al-Houthi, a réservé au quotidien libanais Al-Akhbar sa première interview avec un média étranger depuis le début de la guerre au Yémen. Morceaux choisis.

3 ans après le début de l’agression, dans quelle situation se trouvent l’Arabie saoudite d’une part, Ansar Allah et le Yémen d’autre part ? Votre mouvement n’est-il pas isolé au Yémen, comme l’a déclaré le Prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed Ben Salman, il y a quelques jours ?

Trois ans après le début de l’agression américano-saoudienne contre un Etat arabe musulman indépendant appelé le Yémen, il y a beaucoup à dire. Il faut déjà parler des souffrances du peuple yéménite, qui sont sans équivalent dans la période actuelle. On savait que les institutions internationales, fidèles à l’Amérique, comme les Nations Unies et autres, étaient sourdes, muettes et aveugles face aux souffrances du monde musulman. Elles reconnaissent aujourd’hui l’ampleur des souffrances du peuple yéménite, qui connaît la plus grande catastrophe de la planète. L’agression américano-saoudienne s’est déroulée sans aucune retenue car ses auteurs savaient que les positions internationales et régionales ne leurs seraient pas hostiles, pour des raisons bien connues. Elle a aussi été dénuée d’humanité. Leur échec et leur incapacité à atteindre leurs objectifs de manière propre les a poussés à adopter des pratiques barbares, espérant ainsi remporter le combat et réussir à occuper le Yémen dans son ensemble. Tuer des milliers d’enfants, de femmes et de civils dans les villes et villages de manière barbare, ce qui relève du génocide, ne les a pas gênés. Ils ont visé les marchés remplis de civils, les écoles, les mosquées et autres. Les médias du Yémen et les médias libres de la région ont diffusé des vidéos authentiques attestant de l’ampleur du drame et de l’atrocité des crimes. Cela n’a pas suffit à heurter la conscience de certains et à les pousser à parler des souffrances d’un peuple de la région, lié à ses voisins par l’humanité, la religion, les appartenances ethniques et géographiques.

Les agresseurs utilisent des armes interdites au niveau international, comme l’ont révélé de nombreuses organisations occidentales.

En plus de l’agression militaire, notre peuple a été victime d’une agression économique incarnée par un blocus injuste visant à l’étouffer et limiter ses déplacements, dont ceux des malades souhaitant se rendre dans des pays dont les gouvernements sont alliés avec nos agresseurs, comme l’Egypte  et la Jordanie, afin de se soigner. Sans oublier les entraves imposées à l’arrivée des aides humanitaires nécessaires comme la nourriture, les médicaments et le carburant ; le complot contre la banque centrale, les coups portés à la monnaie, les tentatives de priver les fonctionnaires de leurs salaires et toutes les mesures destinées à affamer le peuple yéménite, tout en détruisant les usines et de nombreux magasins et services publics. Malgré tout cela, les Yéménites libres sont restés fermes grâce à Dieu et ont fait face à l’agression sous toutes ses formes. Cela a étonné les agresseurs, qui pensaient que l’ampleur de l’attaque et ses conséquences sur le peuple yéménite suffiraient à faire plier le peuple en quelques semaines. Notre peuple est resté soudé politiquement et ni les institutions étatique, ni les institutions politiques, ni les composantes sociales ne se sont effondrées. Il a résisté militairement face aux mercenaires apatrides venus de dizaines de pays différents envoyés par les agresseurs et face à une machine militaire équipée des technologies modernes apportées par les Américains dans la région. Les agresseurs utilisent des armes interdites au niveau international, comme l’ont révélé de nombreuses organisations occidentales.

L’Arabie saoudite échouera au Yémen et au Bahreïn, comme elle a échoué en Syrie et en Irak, si Dieu le veut

Aujourd’hui, après trois ans, notre cher peuple résiste avec force et efficacité. Il s’oppose héroïquement et fermement à cette agression brutale. Il développe ses capacités militaires au point de surprendre ses adversaires, qui avaient annoncé dans les médias au début de l’agression qu’ils avaient totalement détruit les capacités militaires de notre pays. En fait, plus leur agression se poursuit, plus les capacités militaires de notre pays augmentent. Plus ils complotent contre notre pays à l’intérieur de ses frontières, plus ils contribuent à améliorer sa situation intérieure et le débarrassent des traîtres. Si Dieu le veut, notre peuple transformera cette menace en opportunité et fera de ce défi un succès. En ce qui concerne l’Arabie saoudite, elle s’est mise, à travers cette agression stupide, dans un labyrinthe qui la mène premièrement vers un abaissement moral et humain, et deuxièmement vers des crises et des problèmes politiques, économiques, sécuritaires et militaires qui s’aggravent chaque jour et dont l’issue aura de graves conséquences sur elle-même. L’Arabie saoudite échouera au Yémen et au Bahreïn, comme elle a échoué en Syrie et en Irak, si Dieu le veut. Dieu est toujours en faveur des victimes et des pieux. Le Saoudien est entraîné dans une guerre d’usure sans précédent par ceux pour qui il travaille et dont il veut se rapprocher en tout. Pour eux, il n’est rien de plus qu’une vache à lait, comme l’a dit Trump, qu’ils traient jusqu’à ce que les pis soient vides avant de l’égorger.  Y a-t-il une fin plus terrible que celle-ci ? Quant aux membres d’Ansar Allah, l’agression n’est pas dirigée exclusivement contre eux, mais contre l’ensemble du peuple du Yémen. Ils n’appartiennent pas à une organisation isolée mais à un grand courant populaire lié au reste du peuple yéménite par une même orientation et une même attitude. Comment le peuple yéménite pourrait-il être isolé au Yémen, comme l’a dit Ben Salman ?! Ce sont des paroles vides de sens.

La coalition serait en train de préparer de nouvelles opérations militaires sur la côte Ouest. Est-ce que vous disposez des mêmes informations ? Etes-vous préparés pour faire face à une offensive de ce genre ?

Le combat côtier est une initiative américaine. On sait que les Américains se concentrent sur les mers et les zones côtières. Dans la région, c’est la mer Rouge, Bab El-Mandeb et le Golfe d’Aden, dont ils ont saisi l’importance géographique et stratégique. L’agression actuelle contre notre pays est une occasion en or pour eux de mettre la main dessus en se cachant derrière les Saoudiens, les Emiratis, les Yéménites trahissant leur pays et les mercenaires. Ces derniers jours, des militaires américains ont révélé le rôle joué par leur pays dans les combats côtiers. Je veux aussi souligner l’intérêt israélien pour Bab El-Mandeb et la Mer Rouge. Beaucoup de chercheurs et d’observateurs d’Israël le savent. Nous avons observé des activités et une participation israéliennes, notamment dans les bombardements aériens de la côte. Les Israéliens jouent aussi un rôle fondamental aux côtés des officiers émiratis dans la planification des actions auxquels ils participent.

Nous avons observé des activités et une participation israéliennes, notamment dans les bombardements aériens de la côte

En ce qui concerne notre peuple, ces opérations lui ont confirmé quelles étaient les ambitions et les objectifs funestes des assaillants. Il est désormais convaincu de la position à adopter, de l’obligation de résister et de combattre les occupants. Il est engagé dans une lutte de libération pour l’indépendance. Il défend sa liberté, sa dignité, son indépendance et sa terre aux quatre coins du pays : sur la côte, de l’Est à l’Ouest, du Nord au Sud. Il veut libérer le pays en soutenant les habitants des régions occupées jusqu’à ce que les occupants étrangers soient chassés, si Dieu le veut. Jour après jour, la réalité se révèle aux traîtres ou aux rêveurs qui couraient derrière des mirages. Ils croyaient que les envahisseurs étrangers étaient venus pour leur rendre service et les choyer mais quelle est leur situation aujourd’hui ? Certains « ministres » ont été incarcérés, Abd Rabbo Mansour est retenu et humilié ; les aéroports, les ports, les bases militaires, les infrastructures pétrolières et économiques sont occupées et totalement contrôlées par les étrangers dans les gouvernorats du Sud. Les agents des assaillants sont devenus des étrangers dans leur propre pays, entièrement soumis à l’occupant.

En ce qui concerne la frontière avec l’Arabie saoudite, peut-on parler de contrôle permanent de zones à Najran, Jizan et Asir ? Comment comptez-vous exploiter vos succès sur ce front ?

Nous contrôlons toujours les frontières afin de contraindre le Saoudien à arrêter son agression. Il y a aussi des opérations militaires pour répondre à ses crimes contre notre peuple. Les opérations militaires sur les fronts de Jazan, Asir, Najran et Dhahran Al-Janoub ont permis de contrer l’agression de manière forte et efficace. L’armée saoudienne s’est même complètement effondrée sur certains axes. Elle a enregistré des pertes humaines considérables, dont de nombreux officiers ; avec des tués, des blessés et des prisonniers. Elle est même incapable de faire face dans la majeure partie des axes frontaliers. Les médias embarqués ont filmé l’héroïsme de l’armée et des comités populaires qui ont pris d’assaut les positions militaires de l’armée saoudienne, chassé ses officiers et soldats, et détruit son matériel militaire. Je dois dire que beaucoup des membres de l’armée saoudienne ne sont pas convaincus par cette agression contre notre pays et ils ne sont donc pas très enthousiastes pour se battre. Les imbéciles d’entre eux qui se montrent enthousiastes n’ont pas réussi à tenir malgré leur haine et leur orgueil. Des responsables américains se sont même moqués de la faiblesse des forces terrestres saoudiennes. Enfin, le régime saoudien a fait venir des mercenaires de plusieurs pays. Il y a des mercenaires, yéménites, saoudiens, pakistanais et d’autres nombreux pays. Il les a mis aux frontières après avoir constaté l’échec et la totale incompétence de son armée sur ce front. Cela démontre la grande efficacité et le succès indéniable de nos opérations, grâce à Dieu.

Etes-vous optimistes quant à la réactivation d’une solution politique ? Vous propose-t-on une initiative sérieuse aujourd’hui ?

Actuellement, rien ne nous laisse penser qu’on penche vers une solution politique à l’extérieur du Yémen. Il y a des actions destinées à embellir la face immonde des Nations Unies, dont le rôle se limite à fournir une couverture à cette agression, tout en tentant de la légitimer et de la justifier. Il y a parfois des actions et des efforts timides, ainsi que des déclarations (médiatiques) destinées à masquer l’implication négative et la partialité évidente en faveur des agresseurs. La vérité c’est que les Etats-Unis et la Grande-Bretagne profitent tous les deux de cette agression et qu’ils en récoltent des centaines de milliards de dollars, sans oublier les gains politiques, géopolitiques et autres. Ils n’ont aucune envie qu’elle cesse car elle est devenue très intéressante pour eux.

Quelles concessions pouvez-vous faire, notamment en ce qui concerne les armes ? En d’autres termes, êtes-vous prêts à rendre vos armes lourdes au moins à une tierce partie désignée à travers les négociations ?

C’est surprenant qu’on demande à l’armée et au peuple du Yémen agressé, dont de larges portions du pays sont occupées, de rendre les armes. Cette demande est totalement illogique. En ce qui concerne la situation intérieure, nous avons proposé une solution juste : toutes les parties doivent remettre leurs armes à l’Etat, à condition que cet Etat soit effectivement constitué d’institutions représentant l’ensemble du peuple du Yémen, dans le cadre d’une paix et d’un règlement politique juste et équitable.

Demander le désarmement de l’armée yéménite qui défend son pays alors que DAECH, Al-Qaïda et les autres groupes extrémistes et milices favorables à l’agression reçoivent des armes

Le problème des armes aujourd’hui est que les agresseurs ont armé DAECH, Al-Qaïda, des groupes extrémistes et des milices qu’ils ont appelées « résistance ». Ce sont des milices qui combattent avec les agresseurs et les aident à occuper le pays. Il y a aussi d’autres groupes aux noms divers auxquelles les agresseurs ont fourni des armes modernes, que ne possède pas l’armée, les forces libres et les combattants libres des tribus qui luttent contre l’occupation. Cela est un grand problème pour la sécurité du pays et sa stabilité, ainsi que pour les pays voisins comme le Sultanat d’Oman et autres. Demander le désarmement de l’armée yéménite qui défend son pays alors que DAECH, Al-Qaïda et les autres groupes extrémistes et milices favorables à l’agression reçoivent des armes n’est rien d’autre qu’un acte hostile.

Comment analysez-vous la nouvelle administration américaine dans le dossier yéménite ? Est-ce vrai que le Président Barrack Obama et son Ministre des affaires étrangères John Kerry avaient une vision différente de celle de Donald Trump, moins impliquée dans ce conflit ?

Pour nous, la différence est que l’administration Trump est plus claire et plus maligne que l’administration Obama, qui veillait à cacher le rôle joué par l’Amérique derrière sa diplomatie. Trump est plus franc et clair. L’administration se comporte conformément à l’agenda américain. Trump s’est distingué en réussissant à exploiter davantage les vaches à lait par rapport à l’administration Obama. Depuis le début, l’Amérique dirige cette agression car les autorités saoudiennes et émiraties n’auraient pas pu s’engager dans une telle agression sans que les Américains soient d’accord, supervisent et apportent une protection politique et militaire ; et que cette agression soit dans l’intérêt des Etats-Unis.

Quelles sont vos relations avec l’Iran et le Hezbollah ? S’agit-il juste d’une vision stratégique partagée, d’une alliance politique, d’une coopération sur le terrain ou autre ?

Nous considérons que la position responsable, juste et naturelle est celle qui correspond à notre appartenance religieuse, à l’intérêt supérieur de notre communauté, aux dangers et aux véritables menaces qui pèsent sur notre communauté et nos pays. Cette position est incarnée par l’unité et la coopération. Nous considérons que l’unité et la fraternité musulmanes sont une obligation islamique, et que tous les peuples de notre communauté doivent fraterniser et collaborer entre eux, dans leur intérêt. La position anormale d’un régime, d’une autorité ou d’un groupe, est de voir dans l’Amérique et Israël des amis, et dans les membres de notre communauté des ennemis. Nos liens avec la République islamique et le Hezbollah s’inscrivent dans ce cadre. D’ailleurs, j’en profite pour inviter tous les membres de notre communauté à renforcer et revivifier les liens fraternels, à ne pas écouter ceux qui appellent à la division, la haine et aux désaccords. Ceux qui appellent à l’hostilité et à la guerre entre les musulmans sont de vrais criminels. Leur attitude est mauvaise. Comment la fraternité musulmane et les liens institués par la religion entre les membres de la communauté sont-ils devenus synonymes de crime pour lequel on est durement jugé alors que les liens découverts et les actions en faveur d’Israël et de l’Amérique sont considérés comme une chose normale, de l’habileté politique et du panarabisme authentique !

les autorités saoudiennes et émiraties n’étaient pas hostiles à l’Iran du Chah, qui pourtant voulait être le gendarme de l’Amérique dans la région

Nous tendons la main à tous les musulmans qui veulent collaborer et nous considérons que nos frères de la République islamique et du Hezbollah ont eu l’honneur de se libérer en brandissant l’étendard des musulmans face à l’hégémonie américaine. Ils ont aussi été de tout cœur aux côtés du peuple palestinien pendant une des périodes les plus importantes et les plus dangereuses. Certains leur sont profondément hostiles pour cette raison : les autorités saoudiennes et émiraties n’étaient pas hostiles à l’Iran du Chah, qui pourtant voulait être le gendarme de l’Amérique dans la région. Quand la révolution islamique a mis l’imam Khomeiny au pouvoir, que Dieu soit satisfait de lui, qu’il a tendu une main fraternelle aux musulmans, qu’il a fait du triomphe du peuple palestinien une priorité afin de soutenir la plus grande cause arabe et musulmane ; ils ont dirigé toute leur hostilité en direction de cette République islamique sous tous les prétextes. Malheureusement, ils n’ont pas rechigné à provoquer des dissensions entre les différents courants de l’Islam, faisant ainsi fi de tous les principes religieux, moraux et humains.

Aujourd’hui, ils veulent une coalition des forces favorables à l’Amérique et Israël pendant que les musulmans se divisent et que toute coopération entre eux est criminalisée, même lorsqu’il s’agit de faire triompher le droit. Nous considérons cela comme illogique et nous disons la même chose au sujet des souffrances de notre peuple suite à l’agression injuste : les autres musulmans doivent collaborer avec notre pays et non collaborer contre lui.

Lien vers l’entretien en version originale

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*