Les adversaires de la joie et du divertissement dans notre société

Le journaliste et écrivain saoudien Akel Al-Akel

Les concerts et pièces de théâtre ne menacent en rien les valeurs de la société saoudiennes d’après le journaliste et écrivain saoudien Akal Al Akal. Il veut même les rendre mixtes.

Al-Hayat – mardi 6 février 2018

La « dégradation des mœurs » à l’intérieur du Royaume

Tout observateur des réseaux sociaux sait qu’il existe des campagnes organisées dans le pays ou depuis l’étranger contre les événements mis en place par l’Autorité générale pour les divertissements. Je me rappelle la polémique d’il y a quelques semaines autour d’un événement régional. Les sites internet ont rapporté que les habitants de cette région avaient attaqué les organisateurs et que cela démontrait le refus d’ouverture et de changement de la société. Au bout du compte, l’Autorité pour le divertissement a publié un communiqué éclaircissant les choses et précisant qu’il s’agissait juste de photos de participants ayant refusé de sortir par les issues prévues.

Je pense qu’il y a des groupes pratiquant « l’exploitation politique » de tout événement dans le Royaume, même lorsqu’il s’agit de divertissement. On trouve aussi sur les réseaux sociaux des débats diffusés sur les chaînes de télévision comme Al-Jazeera, qui crient à la « dégradation des mœurs » à l’intérieur du Royaume, sans prêter attention aux événements similaires qui se tiennent autour d’elles.

les seuls musulmans purs dans ce monde !

Le train de la joie et du changement dans notre société a démarré malgré les partisans du « mais », qui ont commencé à jouer sur le terme « valeurs locales ». Comme si ces valeurs étaient menacées par des concerts ou pièces de théâtre ici et là. Ils repassent le même disque rayé qu’ils nous ont fait écouter pendant des décennies, en brandissant parfois le spectre de l’occidentalisation, mais surtout en déclarant que la joie est en contradiction avec la religion. Comme si nous étions les seuls musulmans purs dans ce monde ! Comme si deux milliards et demi de musulmans ne vivaient pas dans des pays islamiques avec des cinémas, des concerts et du théâtre. Le plus étrange est que ceux-là nous embarrassent par leur comportement dans ces événements à l’intérieur de ces pays et qu’ils sont opposés à ce qu’ils se tiennent chez eux.

Qu’il est beau de voir la femme saoudienne dans les stades

Cette époque est définitivement révolue : la société ne va pas se disloquer, si elle croit fermement en ses valeurs, à cause des fêtes et du retour à la vie humaine avant que ceux-ci ne l’en détournent. Qu’il est beau de voir la femme saoudienne dans les stades, supportant son équipe. Bientôt, elle participera à certains jeux. La responsabilité de l’organisation de ces événements a été confiée à des femmes et aucun désordre ne s’est produit, contrairement à ce qu’ils souhaitaient au fond d’eux. Ils n’ont pas peur pour la cohésion sociale mais veulent embarrasser le gouvernement.

Je souhaite que nous n’inventions pas de nouveaux tabous sociaux dans cette route vers le divertissement et la vie sociale. J’ai remarqué dernièrement l’organisation de concerts et de pièces de théâtre pour les hommes et d’autres pour les femmes. Il ne faut sous aucun prétexte revenir à cette politique dont la société a tant souffert. Les règlements et lois, s’ils s’appliquent à tous, sont garants de l’ordre comme dans tous les pays du monde.

Une industrie rapportant des revenus économiques colossaux

Certains s’opposent au divertissement en abordant des problèmes épineux. Ils se demandent s’il n’y a pas d’autres priorités plus importantes que ces événements. Ils demandent des logements, des services médicaux et d’enseignement de qualité. Ces revendications sont justifiées mais ils les glissent dans cette discussion à des fins non avouées. Beaucoup de sociétés sont rongées par les problèmes mais ont fait du divertissement une industrie rapportant des revenus économiques colossaux : le cinéma indien en est le meilleur exemple.

Akal Al Akal

Lien vers l’article original

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*